Witch - Movin' On

Revenons sur cette magnifique réédition d'un disque dont le pressage original (à priori sorti l'année 1980) est aujourd'hui impossible à trouver. Un disque obscur et inécoutable pendant de longues années, qui marque le tournant d'un groupe somme toute assez connu par les amateurs de zam-rock, pour qui les guitares fuzzées de Lazy Bones en 1975 constituent le meilleur de leur carrière. Movin' On arrive au début des années 80 donc, et souligne un autre côté de Witch, un pic créatif et un virage disco qui aurait pu être un véritable désastre, mais qui sonne comme rien d'autre et parait complètement en avance.

Witch rappelons le est un groupe Zambien avec trois voix, une basse, des drums, des guitares et surtout le grand Patrick Mwondela aux synthétiseurs. Il est le principal responsable de ces envolées soul, disco et boogie, et il est amusant de remarquer, avec un très fort esprit west-coast US et assez peu d'éléments de musique africaine. Un peu comme avec William Onyeabor par moments. Mieux enregistré que Lazy Bones, la production disco est incroyablement puissante. Et l'album à mon goût est bien meilleur que Kuomboka (leur deuxième de cette période, également réédité par les canadiens de Invisible City Editions).

Le disque ouvre sur "Movin'on" et le ton est donné. Complètement up-tempo (on en vérifierait son pitch), c'est une bombe qui navigue sur le groove grâce à une basse inspirée, avec des voix féminines cristallines et une voix masculine à vouloir être noir. "To be left" et ses voix mixtes mêlées qui pourraient faire autant penser à Bodies Of Water qu'à Summer Camp plus prêts de chez nous. Le "Why you make me stay all night" est imparable. Avec "I was you boy" on touche aux Carpenters. "I'm coming back" au funk.

La face B repart up-tempo elle aussi puis "You are my sunshine" calme le jeu non sans un pur solo de gratte. "It feels so good" est ensuite un autre sommet du disque. Power house, bombe disco, dérive psyché, tout ce que Daft Punk DEVRAIT faire. Les synthés de Mwondela y sont insolents. Enfin "Let's get together", au titre évocateur, c'est du balearic avant l'heure, c'est la bande son de TOUS mes futurs barbecues de l'été. Et à ceux qui n'ont pas aimé et qui ne jurent que par le zam-rock, je dis lavez vous les oreilles.

En bref : Witch et la Zambie découvrent en 1980 l'usage du synthétiseur et le mettent au service d'un groove imparable. Le zam-disco était né.